Mame Mactar Gueye cogne sur… « Maîtresse d’un homme marié  »

« Maîtresse d’un homme marié » Cette série diffusée dans une chaîne de télévision de la place , expose nos enfants à la débauche, et déprave nos mœurs. Les scènes très osées, qui poussent l’impudeur à ses limites sont aux antipodes de l’enseignement et de l’éducation que nous ont laissés guides religieux et de nos valeurs morales. Dans un entretien, accordé à senego, Mame Mactar Gueye, dénonce l’agression faite à nos enfants par cette sérié télévisée. Toutefois, il précise qu’il n’a nullement la prétention de s’ériger en gendarme ou censeur pour adulte, mais il sent le devoir de protéger les enfants qui feront le Sénégal de demain.

Extraits

Pire que tout ce que nous avons vu

« On n’a rien à voir avec des adultes qui sont consentants de ce qu’ils doivent regarder. Mais, pour nos enfants, nous avons le devoir de choisir pour eux, ce qu’ils doivent regarder où ce qu’ils ne doivent pas regarder parce qu’ils sont des êtres très fragiles ».

« C’est une série qui est, pire que, ce que nous avons vu par le passé et qui nous avait poussés à organiser une marche de protestation, dès la première année de l’alternance. Elle est pire parce que non seulement, il y a  cet érotisme de bas étage, que vous savez, mais le langage est ordurier et grossier. A l’instar de ces propos d’une actrice dans une séquence: « sama li ma ko mom makoy diox kuma nex ». Il y a une invite à la banalisation, à la vulgarisation du comportement de la femme. Et ça tombe bien, nous sommes le 8 mars, pour nous adresser à cette maison de production là, il y a un minimum de respect  que nous devons aux femmes. Qui non seulement, sont nos épouses, mais nos sœurs, nos tantes, nos mères. On doit éviter la dégradation systématique de l’image de la femme, par cette production pornographique « .

Ce que fera Jamra pour contrer le mal

« Jamra n’a pas l’habitude de dévoiler au grand jour ces méthodes. Mais, il y a quelque chose qui est en train de se préparer et qui se fera , là où ça doit se faire et là où ça doit se dire, afin qu’il soit mis fin à l’agression que cette production est en train de faire contre les familles et contre nos enfants. »

L’éducation comme panacée

« Alors malheureusement, et nous sommes pas les seuls à le déplorer, nous vivons dans une ère de mondialisation, qui fait qu’il n’ y a plus de frontières. À ce stade, il est vraiment très difficile, voire utopique, de procéder comme avant. Car, il y a énormément de réseaux sociaux, qui partagent des informations dans tous les coins du monde. Donc, notre stratégie actuellement est de miser plus sur le renforcement de l’éducation de nos enfants. »

source:Senego

Share This: