La sale campagne de la mouvance présidentielle

Entamée depuis dimanche 3 fevrier, la campagne électorale culmine avec « chantage », violence et « achat de conscience ». Telles sont les armes de séduction du camp au pouvoir.

Venu présider un meeting à Bignona, le chef de l’Etat avait lancé : « Si vous voulez que la Casamance intègre carrément le Sénégal dans le cadre du développement, il faut voter la coalition Benno Bokk Yakaar ». Une déclaration que d’aucuns voient comme un chantage éhonté d’un chef d’Etat envers son peuple.

La violence s’est ensuite invitée dans la campagne électorale, notamment à Tamba, Thiès, entre autres régions. A Tamba, le cortège de Issa Sall a été attaqué par des jeunes, dit-on, du camp de Macky Sall, qui n’ont pas épargné des journalistes.

Le comble a été atteint à Thiès où des coups de feu ont été tirés et des jeunes de Bby ont attaqué des maisons de pro-Idy.

Au début de la campagne, à Yoff, des affrontements avaient opposé jeunes de Bby et de Sonko, leader de Pastef, qui a été aussi attaqué à Fatick, par des proches de Matar Ba de l’Apr.

Pour ce qui est de l’achat du conscience dont est accusé le camp au pouvoir, c’est la distribution des billets et des vivres par ses responsables qui attendent en retour de bénéficier des voix des bénéficiaires.

Cela est puni par la loi électorale. Niang Xaragne Lo a été filmé dans la caravane de Macky Sall en train de distribuer des billets de 5 mille FCfa. Il est aussi dit que les transhumants ont été appâtés par des espèces sonnantes et trébuchantes. Modou Lo et Balla Gaye 2 sont aussi enrôlés par la mouvance présidentielle.

 

source:Senego

Share This: