Italie : Un Sénégalais, candidat d’un parti, rattrapé par l ’histoire…

En Italie, la présence d’un Sénégalais, dirigeant d’un centre d’accueil controversé, sur la liste d’un parti, suscite polémiques…

Le Sénégalais Cheikh Diankha est candidat du parti démocrate à la liste régionale. Mais, le centre sis entre Sassari et Porto Torres, qu’il dirige fait l’objet, depuis 2016, d’une enquête journalistique et parlementaire. Entraînant la Sardaigne dans de vives protestations, rapporte ilgiornale.it.

Cheikh Diankha qui soulève la question de l’accueil des migrants, a fait l’objet de plusieurs articles critiques dans la presse locale, en juin 2016.

Son centre d’accueil situé entre Sassari et Porto Torres, est le signe d’une intégration réussie. Les terres, raconte à l’époque Diankha, sont cultivées par des migrants hébergés à Li Lioni. D’où l’intérêt des médias qui pousse une équipe américaine de PBS en Sardaigne. Mais là, commencent d’amères surprises.

Le responsable du centre d’accueil ne répond pas aux appels, des migrants au travail, dans la pratique, il n’y a personne.

Malcolm Brabant, auteur du rapport, publie son article sur cette affaire le 16 septembre 2016. Le journaliste américain affirme être arrivé en Sardaigne, juste pour montrer un exemple d’intégration réussie, alors que 80% des Nigérianes sont forcées à se prostituer dès leur arrivée en Europe.

Après une semaine de présence dans le nord de la Sardaigne, Cheikh Diankha ne répond pas aux appels. Les journalistes du PBS décident ensuite d’aller voir les Sénégalais directement au centre de Li Lioni. Sur place, la situation semble encore plus grave qu’on pourrait l’imaginer. Le centre, défini quelques semaines avant comme le « modèle », n’est autre chose qu’un lieu de prostitution.

En octobre 2016, une méga bagarre oppose Nigérians et Somaliens invités de Janas. Au cours des mois suivants, d’autres médias locaux ont signalé des épisodes de tension.

Le responsable du centre ne semble pas très tendre avec les ONG.

Au début de 2017, ces faits ont attiré l’attention de certains politiciens locaux. Les visites sont organisées par des délégations de conseillers régionaux et de conseillers municipaux. Qui confirment les impressions des Américains.

Il s’avère également que le siège social de Janas correspond à l’adresse de l’un des membres et que, par dessus tout, Cheikh Diankha ne semble pas occuper de poste officiel dans la société.

Qu’est-ce que tout cela a à voir avec les élections régionales du 24 février ? Le Sénégalais responsable du centre est candidat à la liste du parti démocrate. Selon plusieurs sources locales, cette situation aurait embarrassé les dirigeants du parti. Pis, le secrétariat du PD aurait déclaré ne pas connaitre Cheikh Diankha. Ce qui met évidemment le PD en difficulté.

Ignazio Mangrano réussit à interroger Diankha par téléphone, qui rejette les accusations et déclare que le centre de Li Lioni est régulièrement autorisé. Ce qui ne règle pas la controverse. Et, quelques jours avant le vote, il risque d’être un véritable boomerang pour le parti politique qui décide, malgré tout, de l’ajouter à la liste.

source:Senego

Share This: